LVO-photo
EN
FR
CONTACT
actualités
TIRAGES D'ART
LE BLOG
ACCUEIL
PAGES
EN
FR
LVO-photo
  700 jours avec un Pentax 645D - PARTIE 1  
JUILLET 2018
opinion Matériel
Un moyen-format numérique profesionnel
Après 700 jours d’utilisation du Pentax 645D, boîtier moyen-format numérique, il est temps de faire le point sur les avantages et les inconvénients de cet appareil professionnel.
Partie 1 de l'article
  Présentation du Pentax 645D  
Exceptionnellement, je vais consacrer un article de mon blog sur un matériel déjà ancien, à l'aune de l'obsolescence électronique : Le Pentax 645D appareil professionnel moyen-format numérique. Ce n'est pas une description technique mais une série de réflexions sur ce que j'ai aimé et ce que j'ai détesté après 700 jours d'utilisation courante avec ce boîtier peu courant. 
 
Lancé en 2011 après de longues années d'attente, il est le premier boîtier numérique moyen-format de Pentax. Extérieurement, il est identique au premier 645 argentique, lancé en 1987 et utilisant un film 120 : La même ergonomie, la même poignée, la même baïonnette et la même distance film/capteur monture objectif. Cette compatibilité totale avec les objectifs et les accessoires existants d'un système ancien a contribué au succès de ce boîtier moderne. 

Sa principale différence est d'avoir un capteur de 33 x 44 mm, soit une surface 1,7 fois plus grande d'un full frame 24x36.
Pentax 645D 120mm macro
©2018 - Laurent Vonarx-Oulès
  Un appareil financièrement accessible  
Depuis le début de ma carrière de photographe, il y a plus de trois décennies, j'ai toujours travaillé avec des appareils moyen-format et grand-format : Le Pentax 645 fut mon premier appareil moyen-format, puis un Hasselblad en format 6x6, une chambre Linhof Technika. Progressivement, j'ai abandonné l'argentique pour le numérique, bien plus souple en utilisation professionnelle.  
 
Après plusieurs années passées avec des boîtiers 24 x 36, l'envie de revenir au moyen-format me titillait de plus en plus, mais le prix prohibitif des premiers moyen format étaient un frein sérieux : 20 000 € minimum le ticket d'entrée, et les premiers boîtiers d'occasion étaient encore trop coûteux, trop anciens ou trop usés.

Le 645D commence à introduire une rupture dans le monde du moyen format numérique. Son prix relativement bas, 6000 € aujourd'hui, le rend accessible à beaucoup de photographes désireux de  
monter en gamme.
Pentax 645D 120mm macro
©2018 - Laurent Vonarx-Oulès
En 2016, j'ai acquis un 645D avec moins 5000 déclenchements à un confrère quittant la profession. La gamme d'objectifs anciens ou plus récents largement répandue depuis 30 années m'a permis facilement d'obtenir un système complet à un prix raisonnable, en dessous de 10000 €.
  Une prise en main facile  
Le 645D est un DSLR, un gros, très gros reflex : encombrant et bien lourd, pesant presque 2kg avec un objectif standard de 80mm et flirtant avec le chiffre 3 si on lui adjoint un zoom ! Le poids d'un moyen-format est une qualité pour les prises de vues à main levée, l'inertie du boîtier atténue les vibrations du miroir et stabilise les mouvements de l'opérateur. Allié avec une ergonomie bien pensée, les premiers clichés obtenus sont d'une facilité déconcertante.
L'écran arrière du Pentax 645D
©2018 - Laurent Vonarx-Oulès
Mais après la première découverteet presque 2 ans de prises de vues, le moment d'analyser finement les clichés réalisés et d'en tirer des conclusions s'imposent. Le but ultime d'un moyen-format étant d'être meilleur que les autres appareils d'un format inférieur, le 645D se doit de l’être réellement et pour cela quelques précautions s'imposent avec un appareil qui pardonnera aucune approximation à l'utilisateur.
  Argentique vs digital
La pratique du moyen-format argentique, si elle ne présentait pas de difficultés particulières, nécessitait quand même d’être plus attentif à la mise au point et au maintien du boîtier. L'augmentation de la surface sensible est accompagné d'une augmentation de la longueur focale des objectifs pour obtenir une même couverture que les petits 24 X 36. Cette différence de focale a pour corollaire de réduire la zone de netteté, toujours à angle de champs équivalent, et de nécessiter des vitesses minimum plus élevées pour garantir des images non floutées au final. 
La règle couramment admise était 1/(longueur focale) comme vitesse minimum et les abaques gravés sur les objectifs indiquaient d'un coup d’œil la zone de netteté. 
 
Le numérique a changé la donne. L'utilisation massive des écrans pour regarder les images a favorisé l’émergence du « pixel peeping », l'examen à 100 % (voire plus!) des pixels d'un cliché numérique. Cette pratique quasi-obsessive se remarque même dans les expositions photographiques avec des visiteurs collés aux cimaises ! 
Il n’empêche que les photosites des capteurs sont plus « sensibles » aux erreurs ou écarts que les grains d'halogénure d'argent des films et la moindre erreur se paie cash. Les tolérances admises jusqu’à présent volent en éclat et sont encore plus resserrées avec l'usage de capteurs de taille supérieures au 24x36mm ou avec la réduction de la dimension des photosites.
  Un autofocus performant mais des réglages indispensables  
Les premiers tests ont révélé un autofocus performant et une mise au point parfaite malgré une zone étroite de réglage et 11 collimateurs. Toutefois, pour obtenir des bons résultats, chaque objectif doit être calé par des tests et enregistré dans le boîtier avec la fonction d'autofocus fin. Les tolérances de fabrication des optiques ont une incidence sur leurs coûts finals et sur le calage de la Map de chaque optique. Les objectifs des Pentax 645 sont très abordables et ce réglage est le prix à payer. Le seul objectif de la gamme qui ne nécessite généralement pas de réglage fin est le 120 mm macro, objectif créé avant le numérique et possèdant pourtant toutes les qualités requises de nos jours avec les capteurs électroniques.
Mire Diy de réglage autofocus fin
©2018 - Laurent Vonarx-Oulès
Le deuxième point à régler concerne la mise en route de l'autofocus. Par défaut, une pression à mi-course sur le déclencheur règle la mise au point, soit en continu, soit jusqu’au bon réglage, l'image pouvant être enregistré après le réglage en appuyant à fond sur le déclencheur. L’inconvénient de cette méthode apparaît très vite : il est rare que le sujet principal soit juste dans le centre des collimateurs, que ce soit en studio ou en reportage. 
Exemple d'un cliché où l'autofocus à effectué la Map au centre sur le fond et non sur le sujet souhaité.
©2018 - Laurent Vonarx-Oulès
Mieux vaut désactiver la mise au point à mi-course sur le déclencheur et utiliser le bouton AF au dos, le premier bouton à se trouver sous le pouce qui tient l'appareil, après l'avoir paramétré pour régler la mise au point dans les menus de réglages. Cette technique permet d'obtenir de bons résultats, même si elle n'est pas parfaite pour les sujet rapproché, l'appareil ne possédant pas comme les moyen-format Hasselblad ou Phase-One un accéléromètre qui recalcule l'angle de décalage et la MAP conséquente.
  Mise au point manuelle  
Le 645D est équipé d'un large dépoli, très lumineux et permet une mise au point manuelle facile pour toutes les optiques. Mais en numérique, la zone de netteté est réduite par rapport à l'argentique et un décalage ou une mise au point approximative est impitoyablement sanctionné, et encore plus en moyen-format dont les fichiers sont souvent destinés à être tiré avec des dimensions importantes. L'usage de l'autofocus est plus qu'une aide mais un impératif.
Loupe de visée pour Map précise
©2018 - Laurent Vonarx-Oulès
Les premières séries d'objectifs manuels sont à proscrire avec les boîtiers numériques. Le 35 mm peut quand même être utilisé en reportage sans trop obtenir trop d'écarts sur les résultats finaux. J'ai acquis un 300 mm sans autofocus. La mise au point sans live-view est un handicap crucial que j'ai compensé avec la loupe de mise au point qui se fixe devant l'oculaire de visée. Cet accessoire est une aide précieuse mais élimine toute tentative de travail rapide.
Loupe de visée relevée
©2018 - Laurent Vonarx-Oulès
COMMENTAIRES
  Afficher/masquer les commentaires
Pas encore de commentaires